• Menu
  • Menu
tout prendre personnellement

Apprendre à ne pas tout prendre personnellement

Heureusement, sur terre, nous sommes tous différents. Le large éventail de différences dans la personnalité des gens fait la richesse de l’être humain. Malheureusement, certaines personnes souffrent. Il y en a qui prennent systématiquement les critiques ou les remarques quotidiennes comme des attaques personnelles. Il y en a d’autres qui se sentent obligés de plaire à tous.

Comment arrêter de tout prendre personnellement, voilà la question à laquelle nous allons répondre.

Reconnaître le problème

La première chose à faire est de reconnaître qu’il s’agit d’un problème. C’est un souci quand chaque événement qui se produit touche votre corde sensible et est considéré comme une attaque personnelle. Bien entendu, nous apprécions le monde à travers notre perception individuelle. Cependant, quand vous vous sentez différent des autres, sensibles aux choses que les autres laissent passer facilement, alors là, vous êtes face à un problème.

Les psychologues ne le définissent pas comme une maladie particulière de la personnalité. Ils le considèrent comme le résultat d’une distorsion cognitive qui constitue ou non un symptôme pour d’autres troubles. Les gens perçoivent faussement qu’ils sont victimes d’attaques ou même de persécutions personnelles. Il y en a aussi d’autres qui se sentent obligés de satisfaire émotionnellement tout leur entourage.

Bien sûr, ce n’est pas la théorie ou l’appellation du problème qui compte le plus. Ce qui compte c’est la souffrance que subissent les personnes qui en sont victimes: la sensation d’emprisonnement, de paralysie et d’incapacité à s’alléger de ce tracas.

Identifier ce qui doit changer

La deuxième chose à faire est d’identifier ce qui doit changer. Sachez que ce que les gens projettent sur vous ne vous est pas forcément destiné. Très souvent il s’agit de choses qui ne concernent que la personne elle-même et son monde. A vous donc de prendre du temps et d’analyser toute la situation. Vous verrez que les attaques qui vont être adressées personnellement ne sont que très rares, si jamais il y en a bien sûr.

Ensuite, n’oubliez pas que vous n’aurez jamais tous les éléments explicatifs d’un geste qui vous est adressé. Même doté d’aptitudes élevées d’analyse et de déduction, vous ne pourrez pas connaître toutes les raisons qui ont poussé l’autre à agir. Ce serait par conséquent prétentieux de se dire avec conviction que telle chose vous est destinée. L’égo est trompeur est nous fait penser qu’on est le personnage central du film de la vie.

Enfin, il est nécessaire de connaître la source de cette tendance à tout prendre sur soi. Pourquoi avez-vous tant besoin de la reconnaissance des autres? L’éducation jusqu’à votre réalisation a été un long chemin. Parfois des résidus de frustrations, d’angoisses, de désirs ou d’agressions prennent des revanches sur vous. Depuis très longtemps l’hypnose et l’association libre ont fait leurs preuves pour ce genre de situation.

Travailler sur soi

La troisième étape est la prise en charge de la situation. N’oubliez pas que tout changement dans votre personnalité ne vient que par votre propre effort. La sensibilité excessive et autodestructrice vient toujours d’un manque d’estime de soi. Il y a un écart entre ce que nous pensons de nous-mêmes, de ce que nous réalisons réellement et de ce que les autres pensent de nous.

Le fonctionnement de cette dissonance cognitive est assez simple à comprendre. La personne a une image qu’elle a d’elle-même et qu’elle veut renvoyer. Elle prend conscience que ce qu’elle réalise ne correspond pas à cette image qu’elle se fait. Les autres lui renvoient l’image qu’ils se font d’elle par rapport à ce qu’ils perçoivent. Il en résulte un écart maladif que la personne cherche tout le temps à combler.

L’essentiel du travail à faire est en fait de se connaître soi-même. Identifiez vos valeurs et ce qui vous importe dans la vie. Évaluez ce que vous avez réussi et ce que vous voulez atteindre. Mémorisez vos réussites en détail et comprenez comment vous l’avez fait.

Faites de même avec vos échecs. Paradoxalement, sachez que les gens qui ont beaucoup échoué, mais qui se sont relevés de leurs échecs ont une meilleure estime d’eux même. Ils sont moins victimes de cette dissonance cognitive et prennent moins les choses personnellement.

Se faire aider

Enfin, luttez pour que vous ne soyez pas victime de l’enfermement. Il est très facile de se dire que je travaille désormais sur moi-même et que l’avis des autres ne compte plus. Je concentre mes efforts sur mes valeurs et sur ce que je veux. Faites très attention, l’enfermement est un mal aussi douloureux que le fait de prendre les choses personnellement.

Faites-vous aider par les autres. Parlez avec les personnes que vous connaissez objectives et qui ne vous donnent pas tout le temps leur approbation. Consultez les psychothérapeutes, psychanalystes ou psychiatres si nécessaire. Beaucoup de travail a été fait sur la question. Les avancées thérapeutiques sur ce genre de problème sont maintenant reconnues comme efficaces.

Recourez à des guides spirituels et de développement personnel si vous pensez que vous en avez besoin. Beaucoup de travaux sont aussi entamés dans ce domaine. Beaucoup ont fait leurs preuves. Il y a par exemple ce chaman mexicain dénommé Don Miguel Ruiz qui est devenu assez célèbre pour la pertinence de ses recommandations.

isabelle-dupuy-heure-miroir
Isabelle Dupuy