• Menu
  • Menu
La-colère

Comment calmer votre colère et arrêter de faire des choses que vous regretterez ?

Parmi les sentiments négatifs de l’être humain, la colère est sans doute la plus mauvaise. En fonction des circonstances et des personnes, elle peut devenir destructrice au point de pousser au meurtre.

Les gens réagissent différemment par rapport à celle-ci. Il y en a qui, face aux situations les plus difficiles, parviennent à relativiser aisément, et d’autres qui sont incapables de tolérer. Voici quelques conseils pour vous aider à maîtriser la colère et à éviter les regrets ultérieurs.

Calmer la colère

Pour gérer une colère qui arrive spontanément, ceux qui éprouvent des difficultés peuvent recourir à la pratique thérapeutique de la pleine conscience. Aujourd’hui, on sait qu’elle a fait ses preuves pour la gestion des fluctuations émotionnelles intenses chez les personnes qui en souffrent.

Pour commencer, il faut savoir identifier la colère. Ceux qui ont des caractères sanguins devraient y arriver plus facilement que les autres. Il s’agit de reconnaître les signes qui précèdent l’explosion : augmentation du rythme cardiaque, tension musculaire, respiration coupée, etc.

Généralement, ils arrivent quelques instants avant le mécanisme de défense qu’on appelle l’explosion colérique. Lorsqu’on reconnaît ces signes, on est capable de s’arrêter pour ne pas laisser la colère sortir.

Ensuite, il faut savoir s’écarter de l’endroit où l’événement s’est passé et commencer par contrôler la respiration. C’est une pratique issue des techniques méditatives qui sont particulièrement efficaces pour faire baisser la tension en soi.

Ensuite, il faut observer la colère, prendre de la distance par rapport à elle et recentrer toute l’attention sur l’endroit où se trouve l’émotion. À cet instant, il faut chercher à comprendre le message de la colère.

Ce message ne vient jamais de l’extérieur, mais de l’intérieur. On laisse l’émotion se dégonfler petit à petit. Enfin, on calme toutes les parties tendues de notre corps en focalisant l’attention sur chacune d’elles.

Se comprendre

Une fois qu’on a évité l’explosion de la colère, le travail pour la gérer ne s’arrête pas. Il faut maintenant essayer de la comprendre.

Généralement la colère est le fruit d’une dissonance entre ce qu’on pense et la réalité. Pour mieux se comprendre, faire une introspection le plus fréquemment possible est une clé essentielle.

Ainsi, lorsqu’on se connaît bien, on est apte à se juger plus ou moins objectivement. Fréquemment, les messages derrière une colère résultent du décalage entre ce qu’on estime soi-même et ce qu’on reçoit en retour.

Manque de respect pour soi ou pour une valeur, manque d’écoute, manque d’estime, manque de soins, manque de priorisation, etc. tels sont les messages derrière la colère.

Une fois que l’on connaît le message de la colère, il faut essayer de relativiser. On doit se convaincre que le message est une réclamation venant de soi et non du soi en entier. Il faut aussi apprendre à le formuler objectivement et s’attendre à la probabilité de ne pas être écouté.

Travailler sur soi

Enfin, pour ceux qui n’ont pas la chance d’avoir un soi suffisamment solide pour relativiser plus facilement, la gestion de la colère doit se poursuivre par un travail sur soi. Quand on estime que le souci est trop important pour être géré, il ne faut pas hésiter à se faire aider par les professionnels.

Pour ceux qui veulent se renforcer, le chemin est certes long mais tout à fait accessible. Généralement les étapes à suivre sont à peu près les mêmes pour les différentes techniques de développement personnel : apprendre à écouter pour renforcer son empathie, apprendre à méditer, tenir un journal de la colère, renforcer son soi.

isabelle-dupuy-heure-miroir
Isabelle Dupuy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.