• Menu
  • Menu
amour force ou faiblesse

L’amour : une force ou une faiblesse ?

On le sait tous, l’amour est la plus grande force de l’univers. Les citations, les chansons et les poésies faites au nom de l’amour se comptent par millions. Quand on aime, il y en a qui disent que l’univers tout entier change. On se sent vivant dans une forme de bonheur explosive. Cependant, il y a aussi les amours qui font pleurer, qui font souffrir ou qui tuent. Alors, aimer est-il une force ou une faiblesse?

Ce que l’amour n’est pas

Avant de voir pourquoi l’amour est-il une faiblesse ou une force, il est nécessaire de fixer les limites de ce qu’on entend par amour. D’abord, on exclut ce qui relève de la passion. Celle qui vient de façon inattendue, très puissante, mais éphémère. On ne peut pas déduire la force ou la faiblesse qui émane d’un tel phénomène de la vie.

La gratitude aussi est à retirer. Un sentiment né du désir de gratifier l’autre fait partie de l’amour. Cependant, de la reconnaissance sans romantisme, sans complicité et sans histoire piquante ne peut être considérée comme amour. Certes, il y a des gens qui vivent un tel amour et le vivent bien, mais on considérera qu’un brin de romantisme doit accompagner cela pour fonctionner. On ne parlera pas de la gratitude pure et simple.

Enfin, on ne considérera pas la compréhension mutuelle avec une forte complicité comme amour. Bien entendu, ce sont les éléments les plus essentiels, mais ils ne suffisent pas. On parlera ici d’un amour avec un désir d’intimité et d’intérêts sexuel. Bref, on parlera ici de l’amour entre deux individus et non de l’amour dans sa définition globale où l’amitié et l’amour de type divin sont inclus.

L’amour dans la vision psychologique

Sur le plan psychologique, l’amour est une force pour une personne lorsqu’il contribue à la construction de son soi. Le soi est ce petit élément, le plus interne de l’individu, mais qui gouverne toute sa personnalité. Ce soi se construit, bien sûr, sur la connaissance que l’individu a de lui-même. Il se fonde aussi sur son estimation de ce qu’il peut faire ou non pour changer le monde. Enfin, il se fonde sur une sorte de miroir où son milieu extérieur lui renvoie l’image qu’ils ont de lui.

Pour s’assurer de son équilibre social, la personne surveille en permanence ce miroir et adapte son comportement. L’amour, lorsqu’il lui donne un autre individu qui renvoie vers elle une image toujours positive, renforce son soi. Peu importe ce qui arrive, peu importe les difficultés, quand on a une personne qui nous renvoie une image qui nous rend meilleur, alors on se sent fort. L’amour dans ce cas est une force précieuse pour l’individu. Son apport est au-delà de tout ce qu’on peut imaginer, car toute la personnalité de la personne change.

L’amour, par contre, est une faiblesse lorsqu’il ne sert que le narcissisme de l’un des partenaires ou des deux. Le narcissisme, lorsqu’il s’exprime dans l’amour, se déguise sous la forme d’attentes et limites qu’on impose à l’autre. Bien entendu, on a le droit d’attendre quelque chose de l’autre quand on aime. On a aussi le droit d’imposer des limites.

Cependant, quand elles deviennent trop nombreuses, trop élevées ou trop contraignantes on arrive à réduire l’autre en objet. Ce n’est plus la personne qu’on aime, mais soi-même. Pour la personne concernée, l’amour, dans ce cas, devient une faiblesse la rendant vulnérable. L’amour n’épanouit pas, mais avilit et détruit.

L’amour sur le plan spirituel

Sur le plan spirituel, l’amour est une force sans limites quand il est le fruit de la rencontre de deux âmes sœurs. On pense que sur plusieurs vies et incarnations il y a des personnes qui ont toujours été proches. Pour diverses raisons, ces personnes sont toujours amenées à se rencontrer et à être ensemble.

Sans connaitre la raison, ces personnes s’attirent mutuellement comme des aimants. En même temps, Elles se connaissent parfaitement même s’ils se voient pour la première fois. Lorsque l’amour nait dans cette condition, il devient une force supérieure à tout ce qui existe sur terre. Il offre réconfort, sécurité, objectif, passions et lumière, non seulement aux amoureux en question, mais aussi à leur entourage.

L’amour, par contre est une faiblesse quand il prend la forme d’un amour inconditionnel déséquilibré. Lorsque l’un des partenaires est sur un plan de conscience supérieur à l’autre, il tend naturellement à donner plus. Son don de soi, quand l’autre ne le comprend pas et en profite, risque de dériver vers un objectif égoïste.

La dynamique de son épanouissement et de son cheminement vers la lumière se casse. Non seulement, il se détruit lui-même, mais les autres personnes qui auraient dû profiter de sa lumière n’en profitent pas. Son partenaire, sans forcément le vouloir, subit la tentation de vouloir l’exploiter encore plus.

isabelle-dupuy-heure-miroir
Isabelle Dupuy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.