• Menu
  • Menu
l'expérience spirituelle

Qu’est-ce qu’une expérience spirituelle ?

Sommes-nous immortels? Est-ce que notre existence s’arrête au moment de notre mort? Depuis le début du XXe siècle jusqu’à tout récemment, la pensée séculière dominante a affirmé que le concept de l’immortalité de l’âme n’était que l’expression naturelle de la peur de la mort.

Nos ancêtres, par peur de l’idée d’anéantissement de l’être après le décès, ont inventé la notion de l’âme qui perdure. Aujourd’hui, parce que nous avons pris conscience que le matérialisme scientifique échoue à répondre à notre besoin fondamental de comprendre ce phénomène, on assiste à un massif regain d’intérêt pour les expériences spirituelles.

La définition globale de l’expérience spirituelle

Par définition, une expérience spirituelle signifie l’acquisition d’une élévation spirituelle par une personne. Elle se fait nécessairement par le contact avec le monde spirituel supérieur, par l’effort de sa compréhension intellectuelle ou empirique, ou par la mise pratique de rituels spécifiques.

Une expérience spirituelle peut être soit passive lorsque la personne la subit soit active quand elle s’investit pour l’avoir. Quoi qu’il en soit, une expérience spirituelle aboutit toujours à un changement objectif, visible dans le monde sensible et est toujours liée à la pratique.

Une expérience spirituelle est une amélioration de la spiritualité de la personne par un contact avec les êtres supérieurs en provenance du monde spirituel. C’est dans ce sens que l’expérience spirituelle peut être passive lorsque la personne subit la volonté de l’être qui communique avec elle.

Plus souvent, cette expérience est plutôt une dynamique individuelle initiée pour chercher le salut de l’âme, l’épanouissement de l’esprit, la libération ou simplement la quête de la compréhension de la vie. Dans ce sens, les efforts sont faits par la personne pour faire gagner l’esprit dans son opposition avec la matière. L’intériorité est renforcée pour supplanter l’extériorité.

L’expérience spirituelle chrétienne

Pour le christianisme, l’expérience spirituelle est insérée dans un cadre dogmatique assez rigoureux. C’est le divin qui initie l’expérience par un contact personnalisé avec l’individu. La notion de vocation et de mission est centrale, car ce sont les finalités de l’expérience. Une fois touché par le contact de Dieu, le chrétien part vers un cheminement plus ou moins ardu pour élever sa situation et sa connaissance spirituelle.

La prière et les recherches bibliques sont les moyens les plus utilisés pour élever sa spiritualité au sein de la communauté chrétienne. La pratique de l’exégèse, leur lecture et leur assimilation, l’analyse individuelle ou en groupe d’une partie des textes bibliques constituent les démarches intellectuelles du haussement. La prière individuelle, le jeûne, la prière de groupe, la piété ou la retraite en sont les démarches spirituelles.

Enfin, au sein de certaines communautés catholiques, le travail manuel, les bonnes œuvres et le renoncement à soi sont considérés comme les démarches pratiques de l’expérience spirituelle.

Une fois que le renforcement spirituel est acquis, l’expérience chrétienne se poursuit par le partage de cette richesse avec l’autre. La tendance prosélyte de cette religion est à la fois une prescription du Christ et un moyen pour le chrétien de s’enrichir spirituellement. Ce cadre dogmatique de l’expérience spirituelle n’est pas exclusif aux chrétiens, les deux autres grandes tendances de la religion du livre conçoivent aussi l’expérience spirituelle de la même manière.

L’expérience spirituelle orientale

La conception orientale de l’expérience spirituelle est différente de celle de l’occident. Elle est influencée par la représentation de la place de l’être humain à l’intérieur de l’Univers.

Généralement, l’homme a pour objectif de rechercher la paix, la plénitude, le bonheur et la synchronie. Il doit également chercher à briser le cycle interminable de la réincarnation en achevant toutes les missions qu’il n’a pas réussi à faire et en payant toutes ses dettes karmiques. Accéder au niveau de ce qu’on appelle l’éveil spirituel est le moyen pour atteindre ces objectifs.

L’expérience spirituelle est donc une sorte de quête où la personne cherche à se parfaire et à se libérer de toutes les contraintes que le monde sensible lui impose. Les moyens pour y parvenir sont multiples.

Certains cherchent à développer leurs instincts pour mieux écouter les prescriptions des êtres célestes qui cherchent à les guider, d’autres à développer leur compréhension du monde pour comprendre le sens de la synchronie de tout. Il y en a aussi qui vivent leur expérience spirituelle en tentant de perfectionner leurs attitudes et comportements terrestres. Il y a encore beaucoup d’autres moyens, mais nous ne les détaillerons pas ici. Quoi qu’il en soit, la méditation et les pratiques disciplinaires diverses sont les voies royales pour y arriver.

Aujourd’hui on considère que la tendance bouddhiste à chercher un renouvellement de la spiritualité hors du cadre des dogmes védique est un facteur majeur de naissance de la spiritualité sans religion.

La spiritualité sans religion

La fin du XIXe et le XXe siècle en occident sont fortement marqués par un anticléricalisme dominant. Pendant plusieurs décennies, le matérialisme scientifique a considéré la spiritualité de manière péjorative. Petit à petit on s’est, cependant, rendu compte que la croissance économique et technologique avait des limites et est incapable de répondre au besoin fondamental de l’être humain: celui de la spiritualité.

Aujourd’hui par l’héritage de l’anticléricalisme et le rapprochement culturel entre l’orient et l’occident, on assiste à l’apparition et le gain en puissance de ce qu’on appelle la spiritualité sans religion.

La décision de la science d’aborder les phénomènes qu’on considérait autrefois comme marginaux tels que la mort imminente ou la transcendance spirituelle contribue à cette imminente révision du paradigme. Il en est de même pour l’apport de la physique quantique et de la psychologie depuis Jung.

Ces changements majeurs renforcent l’attrait pour cette spiritualité sans religion. L’expérience spirituelle y est décrite comme une recherche pure du bonheur, du bien-être, de la plénitude sans nécessairement chercher la compréhension du monde ou de sa finalité.

isabelle-dupuy-heure-miroir
Isabelle Dupuy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.